[Noël 2011] Pierre;Porte β version

Cet article s’inscrit dans la lignée des billets écrits pour un petit projet que j’avais lancé pour ce Noël 2011. Pour plus de détails, voir le billet récapitulatif du projet.

Pour me soumettre au choix de mes confrères, je dois donc écrire sur Steins;Gate, l’adaptation du visual novel de 5pb et Nitro+. Avant d’entrer dans le vif du sujet, commençons par une petite image en rapport avec Steins;Gate pour vous mettre en appétit.

Pour la petite anecdote, c’est à cause de cette canette que j’ai commencé à regarder Steins;Gate.

Je ne sais pas trop ce qui s’est passé mais j’avais écrit une première version de ce billet où je décrivais mes impressions sur Steins;Gate mais qui a mystérieusement disparu. Je prends Exelen pour témoin et confirmer qu’il existait bien une autre version de cet article.

Je ne sais pas trop si cela a un rapport avec la petite expérience que j’ai effectué ce soir avec une banane et un micro-ondes mais quelque chose me dit que ces deux évènements sont tout sauf étrangers.

Ne me demandez pas les raisons qui m’ont poussé à faire ceci.

Inspiré par l’anime Steins;Gate que j’ai vu le mois dernier entre deux révisions pour mes partiels, qui n’ont pas encore eu lieu en fait, où le héros Okabe Rintarô (qu’on appellera Okarin) parvient à envoyer des mails à un téléphone dans le passé en faisant entre autre passer des bananes au micro-ondes.

J’ai donc décidé de tenter moi-même l’expérience et de m’envoyer un message à moi-même dans le passé histoire de me prévenir que j’allais procrastiner sévèrement jusqu’au soir du 24 décembre et n’allait avoir que quelques heures pour écrire cet article. C’était donc pour m’éviter une nuit blanche à boire du Dr Pepper afin d’assurer une publication dans les temps -ce qui est en train de se dérouler actuellement d’ailleurs- que j’ai tenté l’impossible (à savoir : me convaincre de ne pas avoir la flemme).

D’ailleurs je remercie DarkSoul qui m’héberge actuellement pour avoir bien voulu me prêter son four micro-ondes et aussi d’avoir bien voulu sortir au combini à 22h le soir du 24 pour aller acheter des bananes parce qu’il les avait mal compté ce matin et qu’il n’y en avait plus dans le frigo (authentique !) sans oublier Exelen qui m’a prêté son téléphone pour que je puisse écrire le message à envoyer dans le passé.

Je devrais faire ça plus souvent, ça m’éviterait bien des nuits blanches.

Comme dit plus haut, à la base cette expérience était là pour que je ne bâcle pas l’article Steins;Gate comme je l’avais fait, et donc pouvoir offrir une lecture de qualité, avant qu’il ne disparaisse dans de mystérieuses conditions. Ce qui est perdu étant perdu à jamais, il m’est donc impossible de vous ressortir le contenu des lignes que j’avais écrite avant cet accident temporel, je me vois donc dans l’obligation d’opter pour cette solution de secours.

Bien que mon esprit scientifique soit totalement porté par cet évènement scientifiquement incroyable, je ne vous cache pas le désarroi auquel j’ai du faire face lorsque je me suis retourné vers l’écran du mac qu’on m’a prêté lors de mon séjour et que je constate avec effroi que tous les mots injectés dans le billet s’étaient envolés. D’ailleurs voici une photo prise peu après l’envoi du mail dans le passé.

Il faudra que je vous parle un jour de cette immondice qu’est le mapping AZERTY sur mac mais on verra ça une autre fois.

Après de longues réflexions, on est arrivés, avec Exelen, DarkSoul étant parti dormir entre temps parce qu’il était épuisé d’être sorti aller acheter des bananes si tard, à la conclusion que le mail avait bien été envoyé dans le passé mais que cela avait complètement modifié le présent. On reste sur la théorie que mon moi passé ayant reçu le mail a du écrire l’article en avance mais ayant fait face à la médiocrité de ce dernier (ayant l’habitude de tout faire au dernier moment je n’ai bien sûr pas le temps de me relire), l’a tout bonnement effacé et a décidé de procrastiner la ré-écriture de ce billet jusqu’au soir du 24 ce qui explique le paradoxe temporel dans lequel je me trouve actuellement.

Le temps commençant à manquer et refusant d’abandonner ce projet, comme un certain lâche cité dans l’article de début, et ce d’autant plus que je l’ai initié, j’ai donc pris la décision de sacrifier la totalité de ma nuit de sommeil et de me lancer dans la ré-écriture de ce billet sur Steins;Gate tout en espérant pouvoir résoudre le paradoxe actuel.

Je ne pense pas que j’aurais eu le courage de tout reprendre de zéro si je n’étais pas fourni en Dr Pepper par Exelen qui en a rapporté ce soir car elle fait partie de ces rares personnes comme Okarin ou Kurisu de Steins;Gate à pouvoir apprécier ce goût si particulier que seuls les génies peuvent comprendre.

Je… ne comprends plus rien.

Je ne saurais expliquer ce qui vient de se passer mais une image qui était à l’endroit vient d’apparaître sur mon serveur à l’envers. C’est comme si une force invisible poussait le destin à mettre des barreaux en travers de ma route pour que cet article ne voit jamais le jour à cause d’un mail que j’ai pu envoyer pour justement provoquer une situation inverse.

Grâce à mon visionnage de la série, je sais déjà par quelles épreuves ce cher Okarin a du affronter et que le grand huit émotionnel par lequel il est passé en aurait brisé un homme moins fort mentalement. Néanmoins, je sais aussi quelles genres de récompenses sont accordées à ceux qui acceptent de tenter l’expérience et elles sont largement assez gratifiantes pour justifier de se lancer à corps perdu dans cette aventure.

Car oui quand même, cet article était censé parler de Steins;Gate et même si les expériences que j’ai décrite plus haute font écho à certains évènements de la série, ce n’est qu’un avant-goût de ce que cette dernière a à offrir. Au delà de tout l’habillage “LOLSCIENCE” dont elle aime se parer pour attirer l’otaku moyen, elle se plaît aussi à posséder une certaine profondeur et surtout une écriture de haut niveau.

Si j’ai pris la peine de mentionner les noms de Okarin et Kurisu (les deux héros de la série), c’est bien parce qu’ils portent à eux seuls toute la série et bien que les autres membres du cast sont vraiment hauts en couleurs, ce duo fait rayonner la série grâce à une alchimie que l’on retrouve très peu ailleurs et servie par de savoureux dialogues.

De plus je tiens à parler de la performance de leur seiyû respectif, à savoir Mamoru Miyano qui aime camper des rôles de personnages totalement barrés et offre ce qu’il a de meilleur à offrir en terme de gros jambonneau bien gras tandis que Asami Imai compose un rôle tout en finesse et en subtilité vraiment touchant -à l’image de son rôle de Chihaya dans la nouvelle série The IDOLM@STER une fois arrivé au 20ème épisode-.

Certains me diront que j’ai une obsession malsaine avec les LEGO mais j’aime me surprendre à décrire l’anime de Steins;Gate comme une construction faite en LEGO où chaque épisode représente une brique et ce qu’elle apporte à l’ensemble final. Et comme lorsqu’une fois qu’on a posé la dernière brique et qu’on peut admirer sa création, la fin de Steins;Gate offre une véritable satisfaction pour son spectateur qui est récompensé d’avoir suivi la série de bout en bout.

Tout comme les LEGO, la série sait vers quoi elle se dirige et ne se perd pas en chemin dans des sous-intrigues inutiles qui alourdiraient le récit. Malheureusement, ceci s’effectue au prix d’une intrigue générale dont on en devine relativement vite les ficelles et on ne sera que rarement surpris par les révélations et autres retournements de situation.

Néanmoins, à l’image de la 6ème bouteille de Dr Pepper en une nuit, même si on perd l’agréable effet de surprise lié à la découverte, on ne boude pas son plaisir pour autant et on continue de savourer chaque épisode et ce qu’il a à offrir jusqu’à la dernière goutte. Comme tous les concentrés chimiques qui font le goût du Dr Pepper, la série brille par ses personnages car ce sont véritablement eux qui donnent toute sa saveur à la série qui est très “character-driven” comme diraient nos confrères anglophones.

Je note néanmoins qu’un petit temps d’adaptation est nécessaire pour commencer à s’attacher aux personnages ils peuvent paraître assez quelconques au premier abord. Il ne faut pas se fier aux apparences, sous leurs airs de parodies assez vulgaires se cache un vrai travail de recherche et d’écriture de la part des créateurs de la série. Okabe est plus que ce lunatique qui joue aux apprentis sorciers, Kurisu est plus qu’une tsundere issue de la moexploitation et la tsunderexploitation de ces dernières années et il en va de même pour le reste du cast à une ou deux exceptions près selon les goûts.

Enfin bref même si vous n’aimez ni les LEGO ni le Dr Pepper, je vous invite quand même à tenter l’expérience Steins;Gate si vous êtes fans de personnages totalement “over-the-top”, des expériences scientifiques totalement barrées, de romances qui sait se présenter de façon naturelle ou que vous voulez juste une série qui se détache de la médiocrité de la grande moyenne générale.

A la base j’entrais dans les détails et tentait de dire pourquoi la série est bien pour ceci ou pour cela mais je suis meilleur mauvais à cet exercice, je me contenterais juste donc de la recommander pour sa réalisation simple et efficace, son écriture maitrisée, son casting sans reproches sans oublier le fanservice pour otaku qui fait office de cerise sur le gâteau.

Bon en fait c’est pas tout ça mais j’ai un article à finir et sur ce je vous offre une vidéo de la mise en route d’une nouvelle tentative de rectifier les choses en altérant le passé :

Je profite de ces quelques courtes secondes pour adresser mes remerciements à tous ceux qui ont accepté de participer au projet et qu’ils avaient vraiment que ça à faire d’écrire sur leur blog pour Noël.

Sur ce je vous retrouve dans le futur dans, espérons le, ma dimension temporelle originale et je vous invite à lire les différents billets postés par mes camarades pour le projet de blogging de Noël 2011 (voir lien en début d’article ou reposté ci-dessous pour les fainéants).

P.S. : tout ce qui a été décrit dans la première partie de l’article s’est réellement déroulé, au moins en ce qui concerne Exelen et DarkSoul.

10 thoughts on “[Noël 2011] Pierre;Porte β version

  1. Pingback: Hourai NEETwork - 「100% fagtastic, 100% fagbulous - 1000% Esprit Dôjin」 » [Noël 2011] ARE YOU MERRY? I’M LADY!

  2. Pingback: [Noël 2011] Seto no Hanayome – Lueur dans la comédie lycéenne | Jevanni's blog

  3. Pingback: Galaxy Express 999 (et Waga Seishun no Arcadia) | FFenril.info

  4. Pingback: L’Antre de la Fangirl » [Noël 2011] Kakko Kawaii Sengen!

  5. Pingback: Le BakOtak' et son grenier » [Noël 2011] Une tortue, de la neige, et un récapitulatif

  6. Pingback: Drilling down Gurren Lagann | tsurupeta.info

  7. Pingback: L’Antre de la Fangirl » ANIME : BILAN 2011

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>